publicité

Brest ou le rendez-vous des coques en bois

Depuis 1992, Brest et sa célèbre rade, sont devenus un lieu de rendez-vous unique. Tous les quatre ans s’y retrouvent les plus magnifiques vieux gréements du monde entier. Retour sur la naissance de cette épopée.

  • Par Stéphane Grammont
  • Publié le 09/07/2012 | 17:19, mis à jour le 10/07/2012 | 15:40
parade-brest.jpg

Dans quelques jours Brest va à nouveau retrouver tous les amoureux de la "vieille marine": du bateau de travail au noble trois-mâts barque, chacun a ses préférences. En fêtant à partir de vendredi 13 juillet 20 ans de renaissance du patrimoine maritime, tous auront une pensée pour les précurseurs. 

Naissance sous les augures du Chasse Marée

Amoureux du bois, des coques patinées, de la toile à voile, de gréements en tous genre, ils étaient une poignée de passionnés installés à Douarnenez autour du magazine  Le Chasse Marée. Ils rêvaient à de grandes fêtes maritimes. Elles ont vu le jour à Brest en 1992, c’était il y a 20 ans.Ces réjouissances faisaient suite aux rassemblements de bateaux de Douarnenez, nés dans les années 80, sous l’impulsion du magazine breton, créé quelques années plus tôt dans l’idée de sauvegarde du patrimoine maritime. Le Chasse Marée avait également initié les concours « Bateaux des côtes de France », qui permettra la reconstruction ou la restauration de plus d’une centaine d’embarcations.

Premier rassemblement en 1992

Plus d’un millier de vieux gréements de tous les horizons se rassemblent dans la rade pour ce premier rendez-vous brestois. Des bateaux qui vont attirer les amoureux de la mer, de l’histoire de la pêche ou de la marine à voile.Cette première édition est marquée par la renaissance de bateaux comme « La Belle Angèle » de Pont-Aven. On découvrait alors un bestiaire particulier: "lougre", aurique, autant de plans ou des grééments à partir d'où commence la reconstruction . Cette année-là, l’enceinte militaire du port breton est ouverte pour la première fois au public. Elle restera surtout dans les annales pour la mise à l’eau de « La Recouvrance », réplique d’une goélette à hunier du 19ème siècle, qui deviendra le bateau-emblème de la ville de Brest.
A partir de cette date, tous les quatre ans, des bateaux de tous les océans du globe se donneront rendez-vous dans le port du Finistère.


Lire la suite sur notre site des Tonnerre de Brest

 

 

 

les + lus

les + partagés